Investir dans l’immobilier est une action rentable pour tout un chacun. Pour que cela soit rentable et durable, il est préférable de créer une Société Civile Immobilière (SCI). Cette société a pour vocation de se procurer des biens immobiliers et de tirer profit des loyers dudit bien. Certaines démarches doivent être respectées pour créer et gérer convenablement une SCI. Nous vous exposons ci-après l’essentiel à connaître sur ces démarches.

La création d’une SCI

En tant que société, il faut au moins deux associés pour la constituer. Ces associés peuvent être des personnes physiques ou morales. La première chose que les associés doivent faire est la rédaction des statuts. C’est une trace écrite de l’investissement et des règles qui régiront la société. Certains exemples de statuts peuvent être trouvés sur internet. Parmi les clauses à insérer dans les statuts concernent les modalités de revente des parts et de désignation du gérant. Les statuts rédigés doivent être rendus publics et déposés au tribunal de commerce. Le dépôt d’une annonce légale répond à l’obligation imposée aux sociétés de rendre publics leurs actes juridiques et ce, aussi longtemps qu’elles existeront.

La gestion d’une SCI

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, les questions qui touchent le gérant d’une SCI doivent figurer dans les statuts. Ainsi, le gérant est chargé d’effectuer diverses tâches administratives, tant sur le plan locatif que sur le plan comptable. Sur le plan locatif, le gérant est chargé entre autres de dénicher les locataires, de rédiger les contrats de location et de remettre les quittances bref de la gestion locative. Pour ce qui est des questions comptables, le gérant est tenu de retracer toutes les activités financières de la société. La comptabilité de trésorerie consiste à retracer les recettes, les dépenses et la nature des divers mouvements financiers.

La revente ou la cession des parts de SCI

Sur le plan légal, « nul ne peut être contraint à rester dans l’indivision ». Ainsi, tout indivisaire est libre de vendre ses parts. Toutefois, il convient de noter que l’accord des autres associés est primordial. En effet, ces derniers sont prioritaires en ce qui concerne le rachat des parts vendues. Pour ce qui est des SCI familiales, les associés sont aussi libres de vendre leurs parts. Néanmoins, si jamais le nouvel associé ne fait pas partie de la famille, l’intégration dans la société risque d’être difficile.

Les avantages d’une SCI en termes de succession

Une SCI peut être constituée pour une durée de 99 ans. Une telle durée permet d’assurer le futur des descendants pour les générations à venir. De plus, elle permet de bénéficier de sérieuses réductions en ce qui concerne les droits de succession. Par rapport à une transmission directe, ces droits de succession sont largement moins élevés.

Pour conclure, créer et gérer une société civile immobilière est à la portée de toute personne souhaitant investir dans l’immobilier. Certaines bases en droit et en comptabilité peuvent être requises mais si vous ne souhaitez pas être gérant, il vous suffit d’apporter votre investissement pour faire partie ou créer une SCI.